Naturellement Petitescaves

Portrait / Manuel Landron & Marion Pescheux, à la vie à la vigne !

Portrait / Manuel Landron & Marion Pescheux, à la vie à la vigne !
Evacuons d’emblée la chose : oui, Manuel Landron est le fils de Jo. Voilà c’est dit. Et même si le paternel a joué un rôle essentiel dans l’essor du domaine Complemen’terre, Manuel et Marion ont tracé leur propre chemin. Ils ont voyagé, ont parcouru la Nouvelle-Zélande, le Chili, la Touraine avant de revenir à leurs racines, où ils cultivent un vignoble de près de 10 hectares.

« Les voyages forment la jeunesse ». Manuel Landron et Marion Pescheux ont suivi le proverbe à la lettre avant de s’implanter en décembre 2013 dans le vignoble qui les a vus grandir : le Muscadet. Un vignoble qui a vu le couple se former aussi, avant de partir à l’aventure.

Tout a commencé au moment des vendanges au domaine du célèbre Jo Landron, le père de Manuel. Marion y donne un coup de main alors qu’elle est étudiante en histoire et paf elle rencontre Manuel ! Pourtant le jeune homme s’apprête à filer en Nouvelle-Zélande, à Aotearoa.

Il part, elle reste ici et n’a plus goût à la fac. Lors d’un échange téléphonique avec Manuel, elle décide de le rejoindre. Marion grimpe dans un avion, une vingtaine d’heure de vol et hop, retrouvaille à Central Otago. En plus de tomber amoureuse du futur vigneron, elle tombe amoureuse du métier et passe par un domaine néozélandais qui bosse en biodynamie. Ils partiront ensuite tous les deux au Chili pour continuer de découvrir, d’apprendre auprès de Louis-Antoine Luyt, avant d’envisager un retour au pays.

Le retour se fera dans un premier temps en Touraine. Marion y suit une formation en viticulture et œnologie à Amboise pendant que Manuel fait ses armes pendant deux ans chez Xavier Weisskopf, puis chez Lise et Bertand Jousset, du côté de Montlouis. Dans le même temps, le couple prépare la suite (eh oui, pas fous !), il s’occupe d’un hectare de vignes dans le domaine familial à la Haye-Fouassière.

Un essai grandeur nature réussi, il est donc grand temps de passer à l’action. Manuel se tourne vers son père Jo qui sélectionne un panel de parcelles pour le binôme ; 4 terroirs différents à 2km à la ronde seulement. Il y a notamment les 2,5 hectares destinés à la production de la cuvée « La Croix Moriceau », vignes qui ont vu quelques prédateurs de grappe (ah le méchant ver !) au début de la prise en main de Manuel et Marion. Problème réglé avec l’installation d’une haie pour filtrer les bestioles. Il y a aussi les 70 ares du Mortier Gobin, plantés dans les années 1970, sur de l’orthogneiss, du grès et de l’argile, puis bichonné pour en sortir LA cuvée du domaine.

Pour la vinification, il faut se rendre dans le village voisin, Le Pallet. Ici, le couple y ont installé le siège du domaine Complemen’Terre, le logement familial et la cave. Quelques grandes cuves souterraines et un joli assortiment de cuves aériennes. Presque une dizaine de cuvées au final, parcellaires (sauf Nolem) sans sulfites (of course), incroyables de tonicité et de beauté ! À leur image.

>> https://www.petitescaves.com/vins-naturels-vallee-de-la-loire-domaine-complemen-terre-15035

Laisser un commentaire