Naturellement Petitescaves

Portrait / Didier Barral, le boss à Faugères

Portrait / Didier Barral, le boss à Faugères
Didier Barral a parcouru un long chemin depuis son installation sur les schistes paternels de Lenthéric, dans l’appellation Faugères, au début des années 90. En quête d’une expression authentique de son terroir, il ne ménage pas sa peine à la vigne et produit depuis des vins naturels reconnus.

Autour de ses vignes, Didier Barral reconstitue un système quasi-unique de polyculture-élevage bio (vaches qui pâturent dans les vignes, des tracteurs à chenilles pour ne pas tasser le sol, du compost préparé à partir de cartons de récupération, des nichoirs à chauve-souris).

Ici, tout s’est fait naturellement, à force de travail et de bon sens pour favoriser la vie des sols. Et pourtant, que de chemin parcouru depuis la reprise de l’exploitation, en 1993.
Pour améliorer la perméabilité de ses sols, il mise d’abord sur les vers de terre, les meilleurs alliés pour avoir un sol fertile. Aujourd’hui, il réduit au maximum le passage d’engins qui tassent beaucoup trop les sols, et ne pratique plus aucun traitement chimique. Il n’utilise pas non plus de soufre ni de cuivre.


Pour les enrichir et favoriser les lombrics, Didier a fait l’acquisition d’un troupeau de bovins et de quelques équidés, qui pâturent les vignes en hiver. Les bêtes apportent de la matière organique aux parcelles et pré-taillent les ceps de vigne en mangeant la partie haute des sarments. Le reste de l’année, le bétail pâture des jachères et d’anciennes parcelles de vigne reconverties en prairies permanentes.

Jamais à cours d’idées, Didier Barral multiplie les essais pour favoriser la lutte biologique contre les parasites. Des haies ont été plantées entre les parcelles pour héberger les auxiliaires et il a même construit des nichoirs à chauve-souris pour offrir un refuge à ces précieuses alliées qui, la nuit, dévorent beaucoup d’insectes responsables du ver de la grappe.

Bref, des vins renommés, sains, agréables à boire et digestes à en perdre la tête !

Laisser un commentaire