Naturellement Petitescaves

Domaine de l’Ecu : Gloire au Muscadet !

Domaine de l’Ecu : Gloire au Muscadet !
Longtemps rangé dans la catégorie des vins juste bons à accompagner une bourriche d’huîtres, le muscadet remonte depuis quelques années la pente qu’il avait tracée grâce, notamment, au domaine de l’Ecu.

Décrié sur ses terres et boudé par les amateurs de France et de Navarre, le muscadet refait son retard en proposant des cuvées de terroirs de haute tenue. Un réveil quasi-inespéré pour un vignoble bien endormi sur les deux oreilles de l’agriculture conventionnelle et dominé par une piètre production outrancière. Même si les maux de la région sont loin d’être guéris, l’embellie est réelle. Cette remise en question, le pays nantais la doit entre autres au Domaine de l’Ecu (certifié Bio dès 1975 et Demeter en 1998) emmené par Guy Bossard.

Dans les années 80/90, le domaine ne collait pas à l’atmosphère dominante, Guy Bossard passait presque pour un extra-terrestre dans le secteur. À quoi bon continuer à se fatiguer dans les vignes alors qu’il suffit de passer un coup d’engrais et de désherbants ? pensaient certains.

Notre vigneron, plutôt que de succomber aux sirènes du tout chimique, mise sur la viticulture biologique et biodynamique. Il parie sur la sensibilité, le ressenti, l’observation, la disponibilité, le feeling pour comprendre ce qui l’entoure. L’originalité de la roche souterrraine donne la personnalité du vin et la biodynamie l’aide a exacerber la minéralité du Melon de Bourgogne, une chose que Guy comprend avant les autres.

L’un des seuls à le suivre dans cette voix, c’est bien sûr Jo Landron, qui dès le début des années 1990 mettra l’agriculture bio en route dans son domaine. Ces deux-là sont assurément les figures du renouveau local et ont depuis fait des petits. Dans les années 2000, bon nombre de vignerons passent chez eux pour obtenir quelques conseils et les cavistes indépendants commencent également à prêcher la bonne parole.

Jo Landron

Le public ne manque également pas de montrer un regain d’intérêt pour le Melon de Bourgogne. Frédéric Niger, alors cadre informatique dans un data center, fait partie de ceux là. Mordu de vin depuis toujours, il entame sa reconversion par un BTS viti-oeno avant de venir faire ses stages chez Guy Bossard. Petit à petit, le taulier du Domaine de l’Ecu décide de lui laisser la main pour une retraite bien méritée.

La transition se fait en douceur, dès 2010, pour le meilleur du domaine. Fred y apporte sa patte en élaborant des cuvées plus personnelles et démarre les vinifications en amphore, comme pour parachever le processus bien amorcé par Guy. La durée des élevages s’est aussi étirée (entre douze et dix-sept mois), et oui, le muscadet est aussi un formidable vin de garde !

C’est une évidence, les cuvées de terroir du Domaine de l’Ecu et celles de Jo Landron sont de vraies pépites. Présent aujourd’hui sur les plus belles tables du monde, le rayonnement du muscadet ne se discute plus mais le vignoble, un temps au bord du gouffre, peut se féliciter d’avoir eu dans ses rangs des pionniers emblématiques.

Pour les vins c’est par ici >> https://www.petitescaves.com/vins-naturels-vallee-de-la-loire-domaine-de-l-ecu-14993

Laisser un commentaire