Naturellement Petitescaves

Condrieu, bienvenue au pays de l’or blanc.

Condrieu, bienvenue au pays de l’or blanc.
Sur ces pentes pierreuses, certains vignerons de l’appellation Condrieu offrent la quintessence du viognier. Focus sur deux d’entre eux : François Dumas et le Clos de la Bonnette.

À 40 kilomètres au sud de Lyon, sur la rive droite du Rhône, ce vignoble acrobatique s’accroche aux falaises de granite construites de terrasses et de murets retenant la terre. Un terroir aussi fascinant que les arômes qui se dégagent du cépage blanc unique cultivée sur l’appellation : le viognier. Même si on dit de lui qu’il est complexe et délicat, le viognier d’ici offre des vins à la robe pâles qui ne laissent, à priori, rien entrevoir d’une telle explosion aromatique (abricot, pêche) et agréable en profitant au maximum de la chaleur et de l’ensoleillement méditerranéens !

Réparti sur 3 départements (Rhône, Loire et Ardèche), le vignoble de 130 ha de l’appellation se cultive depuis l’ère romaine. Pour l’anecdote, l’empereur Domitien avait fait arracher ce plant en 92 après J.-C, coupable selon lui d’affaiblir les armées avec ses parfums enivrants. Inversement, vers 280, Probus l’avait remis en culture, déclarant qu’il rendait les hommes meilleurs.

Justement, en voilà des vins et des vignerons qui rendent meilleurs…

FRANÇOIS DUMAS

En 2002, François Dumas retour dans son village natal à Véranne (42), au sud de Condrieu, dans le Pilat et se lance à son compte. Avant cela, il passe par la case étude fait ses armes chez de nombreux vignerons et pas des moindres, comme Trapet (Gevrey – Bourgogne), Cuilleron ou Jean-Louis Chave (Hermitage). Il perfectionne le côté pratique mais François Dumas comprend surtout où il souhaite aller avec ses vins !

Jeune vigneron, par son installation, François sait que la qualité passe par un gros gros travail dans les vignes. Il a la chance d’avoir quelques ares à lui, d’être en fermage chez d’autres et de planter quelques plants en sélection massale (avec l’aide du pépiniériste phare du moment, Lilian Berillon). A ce jour, il travaille presque 2 ha avec une certification bio en cours. Peu de surface mais il est tout seul et semble bien vouloir le rester pour le moment, ayant « beaucoup de mal à déléguer » comme il aime le dire lui-même.

Petite production

Petite production, quelques mises de bouteilles et au moins 4 cuvées en vin de Pays ou Vin de France depuis 2011 sur des Gamay et des Syrah. Puis arrivent des Saint-Joseph et Condrieu depuis 2013.

Le charme de cette dernière cuvée opère tout de suite : finesse, fraîcheur et longueur sont au rendez-vous. Magique ! Un Condrieu 2015 avec « la gueule à l’endroit » ! Evidemment le viognier reste du viogner, et les arômes primaires sont présents mais sans dominer ni écraser pour autant. L’élevage est propre, net et laisse de la place à la texture et au minéral pour s’exprimer.

Nez comme bouche, ces arômes fins de fruits jaunes à noyau, touches anisées (graine de cardamome), gingembre frais et épices plus relevées sur la finale. Bouche ronde sans tomber dans les excès. Extrêmement fin, délicat et frais. Quel plaisir !

Pour en savoir plus >> https://www.petitescaves.com/vins-naturels/1127-vallee-du-rhone-domaine-francois-dumas-condrieu.html

LE CLOS DE LA BONNETTE

C’est un tout petit domaine à taille humaine (moins de 2 hectares), situé du côté de Condrieu, fruit d’un travail de longue haleine. Le Clos de la Bonnette fut abandonné après la deuxième Guerre Mondiale. Il fallut d’abord défricher à flanc de coteau, ce qui autrefois – à l’époque antique – était déjà un vignoble réputé.
Ce ne fut pas une mince affaire… Casser des roches, arracher une forêt, construire et maintenir des murets en pierres sèches, des terrasses (ou chaillées) à stabiliser, planter et entretenir des ceps, le tout en cultivant près de 5ha de maraichage bio… Il faut de la passion, de la détermination, et plus encore quand le choix d’une viticulture biologique est pris.

Depuis cette reconstruction, ces terres ont toujours été travaillées en bio (certification ECOCERT) et par conséquent n’ont jamais vu le moindre désherbant. Isabelle Guiller, à la vinification, et Henri Montabonnet, mécanicien, maçon et « responsable des sols », peuvent être fiers du travail accompli !!

Un écosystème riche et protégé

Le Clos de la Bonnette, situé sur la côte Bonnette (vallon de la Bonnette), est un écosystème riche et protégé. Le choix du Bio sur des pentes importantes, de petites terrasses, impose de s’adapter. Le passage du cheval n’est malheureusement pas envisageable. Henri Montabonnet est l’homme de la situation, il adapte des outils mécaniques tels que la chenillette pour faciliter l’aération des sols. Lors des grosses chaleurs estivales, les limitations hydriques empêchent toute concurrence végétale. Les finitions se font à la pioche.

La meilleure façon de s’apercevoir du travail accompli reste de goûter la cuvée Légende Bonnetta 2015. Une très belle bouteille avec un nez gourmand, frais, aromatique. La bouche est ronde et souple, élégante et là encore sans excès… Le Viognier est bien là et sans ce côté démonstrateur que nous avons trop souvent. Un vin qui file droit vers une finale fruité et longue.

Pour en savoir plus >> https://www.petitescaves.com/vins-naturels/1354-vallee-du-rhone-clos-de-la-bonnette-condrieu-legende-bonnetta.html

Laisser un commentaire