Naturellement Petitescaves

Chronique / Vin et musique, quelle relation ?

Chronique / Vin et musique, quelle relation ?
Ce soir, fête de la musique oblige, les bouteilles de vin s’imposeront au milieu des décibels. À défaut d’utiliser exactement le même langage, le vin et la musique, ces deux matières si vivantes et émotionnelles s’associent bien souvent, comme une évidence.

C’est connu, la musique ouvre l’esprit et adoucit les moeurs. On peut en dire autant du vin naturel qui a cette bonne habitude de rapprocher mais aussi de délier les langues les plus timides. Ces deux univers provoquent d’ailleurs des sensations tellement fortes et importantes que le vocabulaire utilisé pour donner nos impressions se confond de temps en temps. Par exemple, l’équilibre d’un vin qui définit un ensemble parfait des critères gustatifs est comparable à l’harmonie d’une musique. Pour la longueur, on dit souvent que le vin est comme une mélodie qui persiste dans nos têtes. Les notes, elles, offrent aux vins comme à la musique, un caractère bien précis qui filent de la délicatesse à l’intensité. On peut encore citer la structure, la puissance…Comme quoi, vin et musique, point de vue dégustation, c’est kif-kif.

Aussi, les vignerons sont considérés (chez nous en tout cas… !) comme des artistes à part entière ! Il n’est pas seulement un homme de la vigne, de la terre mais un homme qui a une pensée globale et qui injecte sa personnalité dans le vin. Le vigneron et son vin peuvent être complexe, généreux, léger, délicat comme l’est un artiste et sa musique. Un exemple tout récent montre bien que les deux milieux sont proches, le rappeur américain Action Bronson et le vigneron nature Patrick Bouju ont sorti une cuvée ensemble !

L’un peut aussi impacter l’autre, changer notre perception. D’après une étude sérieuse publiée dans le British Journal of Psychology, la musique écoutée pendant la dégustation aurait en effet un impact déterminant sur le goût du jus de raisin fermenté. L’expérience montre à quel point les caractéristiques de rythme, volume, mélodie, genre musical d’un morceau influent sur notre palais. Rien de bien nouveau sous le soleil. On savait déjà que l’entourage pour goûter un flacon était aussi un élément essentiel, mais il est vrai que le lien à la musique à un effet troublant. N’oublions pas que c’est un moyen de torture… 

…ou d’enchantement !

Le lien vin/musique se vérifie encore un peu plus dans le vin naturel, d’abord d’un point de vue esthétique (étiquettes, noms de cuvées…) mais également dans la vision. Cette agriculture saine et vivante peut trouver une forme de résonance dans la contre-culture (ou culture ?) musicale qui s’affranchit des labels, des maisons de disque, suspend les intermédiaires entre celui qui propose et celui qui écoute. Une façon croisée de proposer un retour à l’artisanat tous styles confondus comme propose depuis des lustres les vignerons naturels.

Allez pour finir, quelques domaines ou vins naturels qui ont piochés leurs noms dans la culture musicale. 

Le tourbillon de la vie / Jean-Philippe Padié (Roussillon) VS Jeanne Moreau

Chic et pas Cher / Domaine Léonine (Stéphane Morin) (Roussillon) VS Arno

Les Bottes Rouges (Jean-Baptise Ménigoz) (Jura) VS Herman’s Hermits VS Les Wampas

 

Le Temps des Cerises (Axel Prüfer) (Languedoc) VS Jean-Baptiste Clément, Antoine Renard VS Yves Montand

 

 

Le Jazz et La Java (Mosse et JF Nicq) (Loire-Roussillon) VS Claude Nougaro

Laisser un commentaire